Tournées & concerts
© Peter Boettcher 1/4
© Peter Boettcher 2/4
© Peter Boettcher 3/4
© Peter Boettcher 4/4

Un système à l'épreuve du terrain

C’est en tournée que Soundscape a fait la preuve de son évolutivité. À chaque nouveau lieu, Kraftwerk détermine la meilleure configuration possible et procède en conséquence. En d’autres termes, le fait de passer à un son immersif (c’est-à-dire, au moins 180°) ne change rien à la capacité de procéder à des ajustements rapides et malins dont se targuent les meilleures équipes de sonorisation. « On embarque un maximum d’enceintes dans le camion », convient Einsiedel, « mais on ne les utilise pas toujours toutes chaque soir, pour des raisons de poids ou de couverture. Il faut bien sûr s’adapter. C’est pourquoi l’intégration du workflow dans R1 et ArrayCalc est si utile. C’est ce qui rend la solution si efficace en tournée. »

Qu’un groupe comme Kraftwerk soit un partenaire actif dans le développement d’une toute nouvelle génération de technologie de sonorisation, c’est ce qui distingue Soundscape. C’est comme si Jimi Hendrix participait à la conception d’une guitare. Et pendant que des artistes aussi exigeants que les auteurs de Trans-Europe Express explorent les possibilités de Soundscape, d’autres experts se chargent d’en affiner les possibilités techniques et les usages spécifiques.

Kraftwerk 3D sillonne l’Europe avec Soundscape.

© Peter Boettcher

Grâce au petit coup de main des légendes de la musique électronique Kraftwerk, la plate-forme Soundscape de d&b audiotechnik a rapidement fait ses preuves dans les tournées...

On n’insistera jamais assez sur l’influence de Kraftwerk sur la musique populaire. Certains rangent le groupe allemand dans la même catégorie qu’Elvis Presley et les Beatles, tant son œuvre a su traverser les décennies pour se retrouver dans toutes les formes de musiques pop électroniques. Pour cette raison et bien d’autres encore, toute une armée de spécialistes vouent un véritable culte à ses concerts, et il est permis d’affirmer que le monde de la musique s’est souvent engouffré dans les petits chemins qu’il a défrichés le premier.

L’une des constantes de ses concerts, c’est l’exceptionnelle qualité de la reproduction sonore, si importante pour véhiculer les textures complexes et absorbantes de sa musique. Kraftwerk a donné ses concerts les plus récents avec tout un univers 3D imposant aux spectateurs le port de lunettes lui permettant d’éviter les soucoupes volantes, les ordinateurs et une autoroute pleine de Volkswagen, cependant que la musique virevolte autour d’eux. À n’en pas douter, le mariage entre de telles normes et une solution sonore 3D serait parfait... Eh bien, il a eu lieu : les pionniers de l’électro ont sillonné l’Europe, avec plus de 30 dates avec d&b Soundscape, dans des lieux allant de la salle de 2 000 places au concert de plein air réunissant 15 000 spectateurs, en passant par trois concerts à guichets fermés au Royal Albert Hall.

Un voyage en Soundscape

Il a fallu plusieurs années de perfectionnement, y compris dans plusieurs endroits réputés difficiles, pour que la relation entre Kraftwerk et la conception système de Soundscape et la programmation réseau donne entière satisfaction. Si Felix Einsiedel et Ralf Zuleeg (les experts logiciel et application de d&b Soundscape) ont multiplié les propositions, le rôle du groupe lui-même a été décisif. « Kraftwerk a beaucoup contribué à l’optimisation du système tout au long de la phase de développement », explique M. Einsiedel. « Plus le temps passait, plus le groupe nous apportait. Au final, ils ont assuré cette tournée de l’Europe de l’Est tout seuls, en déployant le système Soundscape 180° sans jamais solliciter notre aide. Or on parle là d’une tournée traditionnelle, avec parfois des spectacles tous les jours. »

Le groupe et l’équipe technique est désormais rompue à l’installation et au démontage d’un système de sonorisation qui utilisait Soundscape tous les soirs. Sur d’autres sites comme le Royal Albert Hall, les spectacles intitulés ‘Catalogue’ ont donné l’occasion de déployer le système à 360°, plus complexe mais aussi synonyme d’immersion totale. Einsiedel et Zuleeg ont assisté en personne à ces spectacles novateurs qui ont fait l’objet de chroniques très élogieuses dans la presse, qualifiant les concerts de « majestueuses visualisations du son » et de « magnificence multisensorielle ». « Là aussi, j’ai le sentiment qu’ils peuvent pratiquement se débrouiller sans nous, estime M. Einsiedel. « Ils sont tellement conscients de l’importance du placement des enceintes et de la programmation de l’ensemble du spectacle. »

Le Workflow

La programmation d’une séquence complexe comme un concert de Kraftwerk a été grandement simplifiée par l’intégration du workflow Soundscape dans le reste de la production. « La suite d’outils intègre désormais notre logiciel de simulation ArrayCalc et le logiciel de contrôle à distance R1 », poursuit M. Einsiedel. « Et ils sont si bien intégrés que l'équipe technique de Kraftwerk n’a plus tellement besoin de moi sur les tournées ».

Mais les prouesses de Soundscape ne s’arrêtent pas là. Sur scène, les quatre membres du groupe utilisent des synthétiseurs virtuels avec accès direct aux rendus spatiaux du système de sonorisation, ce qui fait de leur ingénieur du son Serge Gräfe le cinquième membre du groupe. En d’autres termes, les membres de Kraftwerk seraient plutôt les deuxième, troisième, quatrième et cinquième ingénieurs du son, et ils seraient sans doute ravis de se voir qualifiés de la sorte.

C’est Einsiedel qui, en mettant au point la liaison MIDI entre eux, a rendu tout cela possible. « Serge a ses iPad, » poursuit-il, « et il joue du système de sonorisation comme d'un instrument. Grâce au protocole réseau intégré Open Sound Control, au logiciel de contrôle de spectacle QLab de Figure 53 et aux options de commande du processeur DS100, ils ont à leur disposition un puissant workflow qui fait entrer leurs spectacles multimédia dans une autre dimension. L'évolution est constante, mais l’essentiel est que celle-ci ait lieu lors de vraies dates de tournée, dans différents lieux, nuit après nuit. Il ne s’agit pas d’une expérience en laboratoire... mais ce n’est pas non plus une installation fixe. »

Deux outils supplémentaires de première importance ont été intégrés dans le workflow « plug-and-play » de la solution Soundscape actuellement commercialisée. Il s’agit du module logiciel de positionnement d’objets En-Scene, que Serge Gräfe utilise généralement pour placer les tiges audio dans le champ 180° ou 360°, et du module complémentaire En-Space, que Kraftwerk utilise pour créer des effets dédiés mais qui peut aussi améliorer complètement un lieu d'écoute, voire reproduire des environnements acoustiques entièrement synthétiques.