Tournées & concerts

Les premiers pas de d&b Soundscape à la Scène acoustique de Glastonbury.

Les tentes de festival sont réputées pour leur acoustique difficile, mais la Scène acoustique de Glastonbury compte parmi les plus prestigieuses d'entre elles. C'est ici, à l'été 2017, qu'à la suite de conversations entre Tom De Brabant (directeur de l'équipe audio de Scène acoustique et ingénieur-console) et Steve Jones (du support Formation & application de d&b), d&b a obtenu le droit d'essayer en conditions réelles son nouveau système Soundscape. 

Le plan était de suspendre les enceintes supplémentaires requises par Soundscape, en l'occurrence cinq suspensions de Série-T entre les alignements gauche/droite traditionnels d'enceintes de Série-V, toutes fournies par Encore Group. À charge pour Tom De Brabant, sur sa console Midas PRO6 à protocole Dante intégré, de mixer chaque groupe via d&b Soundscape en l'absence de l'ingénieur de mixage de chaque groupe. Du moins, c'est ce qui était prévu au départ, Tom ayant été rejoint sur place par Adam Hockley et Chris Drew (du support Formation & application de d&b) pour accompagner Soundscape jusqu'au bout de son tout premier festival.

Soundscape ajoute une définition et une sensation d'espace impressionnantes. Tout s'ouvre. Et ça sonne juste.Tom De Brabant, directeur de l'équipe audio d'Acoustic Stage et ingénieur-console

Parmi les défis préalables à l’événement, après le choix de l’éclairage et des dispositifs de suspension, il a fallu convaincre l’équipe de production de prévoir des points de fixation supplémentaires pour accrocher les enceintes pour Soundscape. Fineline Lighting, société en charge de l’accrochage et de l’éclairage, mesurant l’enthousiasme manifesté par l’équipe technique à l’idée d’utiliser une telle innovation, s’est vite ralliée aux exigences de Soundscape. 

Au moment de faire la balance, il y avait un peu d’appréhension au sein de l’équipe quant à l’utilisation de Soundscape. Quelques tests plus tard, tout le monde était plus détendu. "L’équipe de production était très enthousiaste", raconte Tom De Brabant. "Avec Soundscape, pas besoin de se battre pour faire ressortir tel ou tel instrument, ou un élément en particulier. On peut se concentrer sur la partie créative du mixage. Avec un système gauche/droite, on aurait installé un système plus conséquent, avec des Série-V ou J. En choisissant Soundscape pour la Scène acoustique, on savait qu’on pourrait installer des enceintes plus petites, en l’occurrence des Série-T entre des alignements de Série-V. Et je fais partie de ceux que le niveau de clarté de ces Série-T a franchement stupéfaits."

L’une des premières artistes à se produire sur scène a été l'auteure-compositrice-interprète australienne Emily Barker. Son arrivée sur scène a permis à l’équipe audio de profiter des possibilités de d&b Soundscape avec un groupe complet. À la console, De Brabant était visiblement étonné d’entendre son mixage se constituer sans effort : "Quand le groupe suivant s’est pointé avec son ingé-son et joué sa musique en stéréo, on avait l’impression de se retrouver devant une télé neuve qui ne diffuse qu’en noir et blanc, alors qu’on s’attend à du Technicolor en 4K. La sensation d’espace avait disparu du mixage. Tout était plat, lointain."

1/2
2/2

Dès lors, certaine de la stabilité de d&b Soundscape, l’équipe a remisé la prudence au placard. Le système Soundscape a été présenté et brièvement expliqué à tous les ingénieurs-console présents sur le festival. Pendant le line-check, Adam Hockley positionnait les entrées du DS100 telles qu’il les voyait sur scène, en laissant le soin aux ingénieurs du son de chaque groupe de peaufiner le mixage selon ses goûts. Certains, séduits par ce son très naturel, ont choisi de laisser leurs sources telles que sur scène. D’autres ont laissé libre cours à leur créativité et ont apprécié l’opportunité de jouer, dans leur mixage, avec le positionnement sur scène ou l’ampleur des entrées.

« Les ingénieurs du son de passage sont allés prêter une oreille attentive à la Scène acoustique de Glastonbury », ajoute Tom De Brabant. « Ces essais grandeur nature de Soundscape étaient très importants pour nous. d&b a encore repoussé ses limites en matière de renforcement sonore. C’était assez incroyable d’entendre un rendu aussi stable… et aussi bien accueilli. Soundscape ajoute une définition et une sensation d'espace impressionnantes. Tout s'ouvre. Et ça sonne juste.

Avec Soundscape, pas besoin de se battre pour faire ressortir tel ou tel instrument, ou un élément en particulier. On peut se concentrer sur la partie créative du mixage.Tom De Brabant, directeur de l'équipe audio d'Acoustic Stage et ingénieur-console